Portrait


portrait

CHRISTIAN DE PORTZAMPARC

Né à Casablanca en 1944, Christian de Portzamparc est architecte et urbaniste, diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1969. Il crée son agence, l’Atelier Christian de Portzamparc, en 1980.

Basé à Paris, en France, il construit dans le monde entier, entouré d’une équipe fidèle de plus de 100 personnes, organisée en plusieurs « studios », travaillant avec des partenaires sur une grande variété de projets ambitieux de dimension internationale. Autant qu’un bâtisseur, Christian de Portzamparc, un architecte, urbaniste et peintre, est impliqué dans la recherche de formes et leurs significations.

L’ATELIER

L’Atelier Christian de Portzamparc se concentre sur toutes les échelles de la construction et sur une grande variété de programmes. Chaque projet est un nouveau défi de recherche et d’expérimentation, des dessins de conception aux solutions techniques de constructions. L’Atelier peut être également défini comme un « laboratoire urbain » ; basé sur une profonde analyse urbanistique et structurelle, développée par Christian de Portzamparc depuis les années 70 par le biais de projets manifestes, de concours et d’études, qui l’ont conduit à une évolution des méthodes, permettant une multitude d’applications pratiques à ses recherches théoriques et principales analyses. Dans sa vision renouvelée de la structure urbaine, qu’il a nommé l’ « îlot ouvert », son travail se concentre sur la recherche et se porte sur la qualité des espaces de vie et de la compréhension de la ville. De bâtiments singuliers à l’urbanisme repensé, la ville est un des sujets fondateurs de son travail, qui parallèlement se développe et se recoupe sur trois thèmes majeurs : les bâtiments repères, les tours, et les quartiers, depuis l’îlot à l’évolution des grandes villes.

DES BATIMENTS SYMBOLES

Des batiments symboles deviennent souvent des points de référence urbains, symboles qui rassemblent, créant un point de repère dans le grand paysage urbain. A travers ces grands bâtiments singuliers, pôles d’attraction dans la ville, Christian de Portzamparc crée des environnements dans lesquels les espaces intérieurs et extérieurs s’interpénètrent, catalyseurs de la dynamique de paysage urbain. Christian de Portzamparc a une vrai passion pour la musique, qui lui fit participer depuis les années 80 à une série de concours concernant la musique et la danse, comme l’École de Danse de l’Opéra de Paris à Nanterre, France, (lauréat du prix de l’Equerre d’Argent 1988), la Cité de la Musique à Paris, France, la Philharmonie de Luxembourg ou la Cidade das Artes à Rio de Janeiro, Brésil.

195511_MASSENA_PERSPECTIVE_02

LES QUARTIERS ET LA VILLE

Les quartiers et la ville sont un thème majeur de la contribution pratique et intellectuelle de Christian de Portzamparc dans le débat architectural actuel. La reconnaissance de l’importance centrale du contexte humain infiniment subtil, auquel les conditions locales sont « le blé à son moulin », ses interventions opèrent à différents niveaux, tant en qualité d’architecte dans le sens puriste du terme qu’en tant qu’urbaniste.

LES TOURS

Les tours créées par Christian de Portzamparc sont le fruit de ses recherches sur la verticalité et la dimension sculpturale, cristallisé autour des caractéristiques de formes prismatiques. De la ville à l’objet, Christian de Portzamparc travaille sur les tours depuis son premier projet, en 1974 : un château d’eau couvert de végétation, conçu pour une ville nouvelle, Marne-la-Vallée, France, un point de repère poétique; en 1991, sa sculpturale Tour de Lille, un objet singulier construit sur une gare dans le quartier « Euralille » de Rem Koolhaas (achevée en 1995). L’exemple le plus largement reconnu est celui de la tour LVMH à New York, Etats-Unis (terminée 1999) (Business Week & Architectural Record 2006 Award), suivie par la compétition pour la tour Hearst en 2000, bientôt accompagnée par la tour résidentiel 400 Park Avenue à Manhattan, New York, Etats-Unis, approuvé par le City Planning en 2004 et dont la démolition du site a commencé en décembre 2011. Une autre tour, One57, est en construction à New York, qui devrait être achevée en 2013; un hôtel ultra-luxueux occupera les 20 premiers étages de cette tour de 300 mètres de haut, avec 135 super-luxueux appartements en copropriété, dont certains offrent des vues imprenables sur Central Park et le « skyline » de New York. Le siège de la banque Société Générale, la Tour Granite (achevé en 2008), dans le quartier de Paris – La Défense, avec 180 mètres de haut, est le premier bâtiment de grande hauteur certifié développement durable en France (Label H.Q.E., équivalent français de la certification LEED en Amérique du Nord).

PORTRAIThotelrenaissance

En 1994, Christian de Portzamparc est le premier architecte français à avoir obtenu la plus haute distinction en architecture, l’équivalent du prix Nobel, le Pritzker Prize, à l’âge de cinquante ans. Il est également Commandeur des Arts et des Lettres, Officier de l’Ordre du Mérite, Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur, Grand Prix d’Architecture de la Ville de Paris1990, Médaille d’Argent 1992, Grand Prix National d’Architecture 1998, et Membre d’Honneur de l’American Institute of Architects (AIA). Le Grand Prix de l’urbanisme lui est décerné en 2004. En 2006, le Collège de France crée en 53e chaire dédiée à la « création artistique », Christian de Portzamparc en a été le premier titulaire.